"Au seul souci de voyager..."

Publié le par Mary B.

"Au seul souci de voyager..."

Postées depuis le hall d'un aéroport, ces quelques suggestions de lecture pour chaise longue, où que vous la posiez cet été:

Le Marin de Gibraltar, Marguerite Duras, Folio.

Pour sa sensualité, sa lenteur, croisière immobile d'une infinie beauté.









Les Heureux et les Damnés , Francis Scott Fitzgerald, Folio.

Parce que c'est elle, parce que c'est lui, et qu'en littérature il n'est de grandes histoires d'amour que celles qui sont ratées.

Le Colosse de Maroussi, Henry Miller, Le Livre de Poche.

D'après un archéologue grec "le meilleur livre jamais écrit sur la Grèce."









Dona Flor et ses deux maris, Jorge Amado, Stock Le Cosmopolite.

Le Brésil est-il aussi fertile en bons joueurs de foot qu'en grands écrivains? La question reste ouverte. Drôle, brillant, délirant, chamanique, unique.









Bonjour tristesse, Françoise Sagan, Pocket.

Bien sûr vous l'avez lu, alors peut-être pourriez-vous l'offrir à toute personne âgée de 16 à 18 ans. Initiatique.









La Douce Empoisonneuse, Arto Paasilinna, Folio.

Une gentille mamie nordique devient, en toute innocence, une implacable serial killeuse.









Latitude zéro, Mike Horn, Pocket.







Témoignage d'un aventurier funambule qui suit la ligne de l'équateur, autour d'un monde dont il voit les misères et les beautés. Extrême.









Le Siège de l'Aigle, Carlos Fuentes, Gallimard.

Une intrigue politique compliquée, projetée dans le Mexique de 2020. Haletant roman épistolaire, flamboyante héroïne.









Enfin, deux jeunes auteurs d'ouvrages souvent envisagés pour faire l'objet d'une chronique, projet injustement repoussé, à découvrir:









Les Murènes, Cédric Pignat, L'Aire.

Diverses histoires d'hommes à l'écriture exigeante, voire précieuse. Comme les vraies, ces murènes fascinent plus qu'elles ne mordent, se dérobent plus qu'elles n'attaquent.









Sur le fil, Hélène Crombet. Illustrations de Marie Viard, Trinôme édition.

Attention, OLNI. Objet livresque non identifié. Recueil de poésies qui jouent avec les formes, romantisme noir qui se réinvente dans un nouveau langage. Lascif, érogène, audacieux.









Bonnes vacances si vous avez la chance d'en prendre, bons voyages, réels ou imaginaires, et surtout, bonnes lectures!















Mary B.









Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article