Vongozero, Yana VAGNER, Pocket

Publié le par Mary B.

Vongozero, Yana VAGNER, Pocket

Bien entendu je m'y attendais. C'était impossible à oublier : pendant toute la durée de notre progression qui réduisait la distance nous séparant de la petite maison sur le lac, promesse d'une tranquillité et d'une sécurité longtemps attendues, il était impossible de penser à autre chose qu'à ça : aurions-nous assez de carburant jusque là-bas ? Je ressassais la question quand je conduisais, en observant le mouvement de la mince flèche rouge-il n'y avait pas la moindre fluidité dans ce mouvement, la flèche pouvait rester immobile pendant une heure, une heure et demie, puis opérer une chute brutale- et mon cœur sombrait à chaque fois de même, parce que sur cette route aussi longue que dangereuse, cette voiture, et pas seulement le Vitara mais n'importe laquelle de nos quatre voitures, nous offrait une chance de survie, en était même le synonyme.

Moscou ne répond plus. Une épidémie sans nom a placé la ville en quarantaine. Les chaînes de télévision, même satellitaires, ont cessé d'émettre, puis les radios.

Anna a perdu sa mère, qu'elle est allée chercher trop tard, empêchée par le cordon militaire qui garde derrière des masques les checkpoints de la ville, qui n'est plus que capitale de la désolation.

Elle décide de fuir avec son mari Sergueï, son beau-père Boris, son fils Micha et un couple d'amis, Marina et Léonid, puis les rejoignent l'ex-femme de Sergueï et leur fils Anton, mais aussi Andreï et Natacha, qu'ils rencontrent par hasard sur la route.

Moscou, Zvénigorod, Emmaüs, Tver, Vychni, Volotchek, Valdaï, Borovitchi, Oustioujna, Tchériépoviets, Biéloziersk, Kirillov, Vyterga, Poudoj, Pialma, Medvéjiégorsk, et le lac Vongozero, près de la frontière finlandaise, constituent les étapes d'un road trip de près de quatre mille kilomètres à bord de quatre voitures, en plein hiver, avec des enfants, un blessé et un vieillard qui espèrent fuir la vague, car ainsi les personnages nomment-ils l'épidémie à laquelle ils tentent d'échapper.

Chaque étape apporte au lecteur son lot de sueurs froides, entre mauvaises et providentielles rencontres, avaries techniques et climatiques et sempiternelle recherche de l'or noir : le fuel si précieux, qui permet de faire avancer le lourd pick-up et les trois 4x4 qui composent cette étrange et fragile caravane.

Au cours de cette odyssée terrestre, le trajet se révèle comme toujours initiatique : Boris l'ancien vocifère et mène la cohorte, la clope toujours au bec, puis s'affaiblit, Sergueï tue le père et devient un héros, le jeune Micha, qui passe de la manipulation d'une manette de console à celle d'un fusil en onze jours, un homme.

Quant à Anna, la narratrice, elle confie ses peurs, ses doutes, et ses pensées inavouables, elle qui, en plus du voyage, supporte une ex-femme antipathique, une copine snob et une autre, très niaise. Ce partage forcé de l'intimité vingt-quatre heures sur vingt-quatre lui permet de se rendre compte à quel point l'enfer, c'est les autres. Allez vous faire pendre, tous les deux, [...] combien de fois j'ai dîné avec vous en caressant, le rêve brûlant d'attraper quelque cristal précieux sur la table et de le balancer contre le mur […] Mon Dieu, comme j'en ai marre de faire semblant ! Oui, c'est vrai, vous ne me plaisez pas. Je ne vous aime pas. Néanmoins, le lecteur s'attache à tous les personnages et finit par souhaiter que tout l'équipage arrive au but qu'il s'est fixé : le lac Vongozero, dont le nom même constitue une promesse de nouveau départ.

La suite s'écrit dans Le Lac, qui raconte le huis-clos que vivent les dix personnages dans une cabane, sur une île au milieu des eaux de Vongozero, c'est-à-dire de nulle part.

Mary B.

Informations sur les livres :

Titre : Vongozero, traduit du russe par Raphaëlle Pache/ Le Lac traduit du russe par Raphaëlle Pache

Auteur : Yana VAGNER

Édition : Pocket / Mirobole Éditions

ISBN : 978-2-266-25635-3 / 979-10-92145-48-9

Prix : 8 € / 21, 90 €

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article